Ou d'une journée pour rien

culturiste_feminine_4660_w560Hey ! Hip hip hip ! Aujourd'hui, c'est la journée de la Femme ! Et j'ai comme le sentiment qu'il n'y a que les hommes qui s'en réjouissent ou qui s'en battent les c., c'est au choix.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me navre de faire partie d'un genre à qui l'on est obligé de consacrer une journée. Ce n'est jamais bon d'en arriver là. C'est toujours mauvais signe. Soit, parce qu'on n'est plus, tout comme les poilus  - dans le genre journée du souvenir, on fait mieux - soit parce qu'on ressemble à un vœu pieux au même titre que la journée sans tabac ou la journée de la paix.

Si la première catégorie est tout aussi flippante que la seconde, attendez de voir la troisième qui est à mes yeux la plus terrible, celle de la minorité. OUI, une minorité ! Alors que les femmes ne représentaient pas moins de 51,4 % de la population française au dernier recensement. Une minorité à protéger qui plus est, tout comme les handicapés ou les nienfants ! Si ce n'est pas charrier ça ?!

Donc, aujourd'hui nous allons assister à de très jolies mises en scènes pour montrer que les femmes sont des hommes comme les autres ; Qu'elles savent tout autant travailler, créer, animer, diriger, gouverner etc. En attendant, ça ne reste qu'une journée, hein. Et nous ne sommes pas parmi les plus mal loties, je vous le rappelle. On a une journée de la Femme, nous, alors que d'autres n'ont que des coups de bâton pendant ce temps.

Moi, j'aimerais bien que la journée qui nous soit consacrée le soit vraiment. Que durant quelques heures, à travers le monde et en toute impunité :
- l'employée puisse harceler moralement ou sexuellement son patron,
- la femme qui taffe, rentre après une dure journée de labeur et se mette directement les pieds sous la table pendant que son homme couche les enfants,
- la femme battue retourne la tête de son mari violent,
- les hommes volages soient lapidés par leurs femmes, et j'en passe ...

Et puis tant qu'à faire, une journée n'est pas suffisante pour marquer les esprits. Donnez-nous une année et vous verrez alors qui c'est Raoul, ouais !