Ou comment mettre fin à une belle histoire avant qu'elle ne commence

Dans ma vie fanstasmée rêvée il y a Riccardo, en passe de se faire voler la vedette par mon ostéopathe.
Pour ceux qui n'auraient pas suivi mes dernières aventures de sportive de haut niveau, il s'avère qu'il y a quelques jours, je me suis fait un nouveau copain : Cru-cru mon nerf crural. Non contente de cette rencontre, j'ai invité il y a peu à ma teuf Chiatique, mon nerf sciatique (désolée pour le gros mot, mais je n'en vois pas d'autre pour le qualifier quand ce dernier se manifeste).
Et nous v'là tous partis, mes poteaux et moi, chez mon ostéo lui montrer ma jambe de bois.
Mon ostéo, Mr S. pour les intimes, il est de la crème des ostéo : gentil, compréhensif et mignon à regarder. Bref, l'homme qu'on rêverait toutes d'avoir avec les massages en prime !
Après une heure de manipulations en tout genre ("en tout bien, tout honneur", j'insiste), je me lève avec grâce, virevolte dans la pièce et me pose comme une plume face à Mr S. avec quiex51z8d7 j'entame une conversation au sujet de ma jambe. Il me dit qu'il faut que j'arrête de porter autant mes affreux, que je dois me faire aider désormais, que je suis une frêle jeune femme qu'il faut protéger envers et contre tout (enfin, j'interprète...). Mon regard sur Mr S. s'emplit d'intérêt, au fur et à mesure de ses propos. Je le vois se précipiter pour porter mes provisions, se jeter sous mes pieds pour m'aider à atteindre une trop haute marche ou m'offrir ses bras pour décharger les miens du poids de mes affreux. Je suis au bord de l'extase... juste au bord lorsqu'il me dit :"C'est comme votre sac, en ce moment, vue ce qui vous arrive, vous feriez mieux de porter un sac à dos". Aïe, ça y est le mot est lâché. Mr S. pourquoi ne vous êtes-vous pas tû ? Pourquoi tout gâcher avec cette idée stupide ? Ne savez-vous pas que je préfère avoir un pied une jambe dans la tombe plutôt que de porter cette ignominie ?
D'un sourire forcé je décline sa proposition et tourne talons. Tout est fini entre lui et moi... jusqu'à la prochaine fois. Après tout, on a tous droit à l'erreur. Mais Mr S. (et là je prend mon accent sicilien) ne parlez plus jamais de mon sac, jamais. Capisce ?